Visages de militants

Portraits aux pesticides

Juvana Xakriabá

Représentante du peuple autochtone Xakriabá

01 / 04

Les terres des Xakriabás contaminées

Juvana Xakriabá s’engage pour que les droits des peuples autochtones soient respectés et dénonce les ravages des pesticides extrêmement dangereux sur l’environnement. Pour donner un visage à ce combat, nous avons peint le portrait de Juvana avec de l’eau contaminée par des pesticides.

image description
Minas Gerais Brésil

« Syngenta doit cesser d’empoisonner notre Terre et notre eau », déclare fermement Juvana. En dépit de la répression, elle milite avec courage et détermination contre la destruction du territoire du peuple autochtone Xakriabá à Minas Gerais, au Brésil. « Mon peuple vit près des monocultures qui s’étendent à perte de vue – et des pesticides qui empoisonnent nos terres ».

« Syngenta doit cesser d’empoisonner notre Terre et notre eau. »

Juvana Xakriabá Représentante du peuple autochtone Xakriabá

Juvana sait pourquoi elle se bat : elle veut que les pesticides extrêmement dangereux soient interdits, au Brésil et dans le monde entier. « Ils polluent l’environnement et nuisent à la santé de la population. Les produits qui contaminent notre sol, notre eau et notre nourriture finissent dans notre corps ». Juvana demande à Syngenta d’arrêter de vendre des pesticides extrêmement dangereux.

Syngenta, non aux pesticides extrêmement dangereux !

Syngenta vend chaque année pour près de 4 milliards de francs de pesticides « extrêmement dangereux » (selon la liste du réseau international Pesticide Action Network). Ce commerce toxique, mais très lucratif, est au cœur du modèle d’affaires du géant bâlois.

Les pesticides extrêmement dangereux menacent des millions de personnes dans les pays en développement et émergents. Syngenta profite de la faiblesse des réglementations dans des pays tels que le Brésil ou l’Inde pour y vendre des pesticides interdits en Suisse en raison de leur dangerosité pour la santé ou l’environnement. En Inde, des milliers d’agriculteurs et agricultrices sont intoxiqués chaque année. Au Brésil, des millions de personnes sont exposées à un cocktail toxique de pesticides dans l’eau potable.

Les pesticides extrêmement dangereux sont une bombe à retardement. De plus en plus d’études montrent un lien entre l'exposition aux pesticides et l’augmentation des cas de cancer, de la maladie de Parkinson ou de malformations congénitales.

Nous demandons à Syngenta, leader mondial de ce commerce irresponsable, de cesser de faire des profits au détriment de la santé de millions de personnes. Syngenta doit arrêter de produire et de vendre des pesticides extrêmement dangereux.

Les signatures seront remises à Syngenta au début du mois de juillet lors d’une action symbolique.

Close