Visages de militants

Portraits aux pesticides

Play

Révéler le vrai visage des pesticides extrêmement dangereux

Syngenta inonde le Brésil de pesticides extrêmement dangereux. Ces substances se retrouvent dans l’eau potable. Afin d’illustrer ce scandale, nous avons peint, avec de l’eau contaminée par des pesticides, les portraits de personnes qui militent au Brésil contre l’utilisation massive des pesticides. Pour donner un visage à leur combat et faire entendre leur voix.

Dans un récent rapport d’enquête, Public Eye a mis pour la première fois en lumière l’ampleur d’un commerce aussi secret que lucratif : les pesticides extrêmement dangereux. Sur la base de données exclusives, nous révélons le rôle central du géant bâlois de l’agrochimie Syngenta, en particulier dans les pays en développement et émergents.

Pour comprendre l’impact de l’utilisation massive de tels pesticides, nous nous sommes concentrés sur le pays qui en consomme le plus au monde : le Brésil. En collaboration avec Repórter Brazil, nous avons analysé les données du programme national de contrôle de la qualité de l’eau potable. Les résultats montrent que des millions de Brésiliens et Brésiliennes sont exposés à un cocktail toxique de pesticides.

Dans l'État du Mato Grosso, où les monocultures s’étendent à perte de vue, nous avons rencontré des parents d’enfants malades, des travailleurs agricoles, des experts et des activistes qui dénoncent les ravages des pesticides sur la santé et l’environnement, et les pratiques illégitimes de Syngenta dans leur pays.

Pour donner un visage à leur combat, l’aquarelliste brésilien Renato Palmuti a peint pour Public Eye les portraits de quatre personnalités engagées, avec de l’eau contaminée par des pesticides.

Avec elles, et au nom de toutes les personnes qui signent notre pétition, nous demandons à Syngenta d’arrêter de produire et de vendre des pesticides extrêmement dangereux.

Syngenta, non aux pesticides extrêmement dangereux !

Syngenta vend chaque année pour près de 4 milliards de francs de pesticides « extrêmement dangereux » (selon la liste du réseau international Pesticide Action Network ). Ce commerce toxique, mais très lucratif, est au cœur du modèle d’affaires du géant bâlois.

Les pesticides extrêmement dangereux menacent des millions de personnes dans les pays en développement et émergents. Syngenta profite de la faiblesse des réglementations dans des pays tels que le Brésil ou l’Inde pour y vendre des pesticides interdits en Suisse en raison de leur dangerosité pour la santé ou l’environnement. En Inde, des milliers d’agriculteurs et agricultrices sont intoxiqués chaque année. Au Brésil, des millions de personnes sont exposées à un cocktail toxique de pesticides dans l’eau potable.

Les pesticides extrêmement dangereux sont une bombe à retardement. De plus en plus d’études montrent un lien entre l'exposition aux pesticides et l’augmentation des cas de cancer, de la maladie de Parkinson ou de malformations congénitales.

Nous demandons à Syngenta, leader mondial de ce commerce irresponsable, de cesser de faire des profits au détriment de la santé de millions de personnes. Syngenta doit arrêter de produire et de vendre des pesticides extrêmement dangereux.

Les signatures seront remises à Syngenta au début du mois de juillet lors d’une action symbolique.

Close